Bardage

Le bardage est un élément de la construction bois multi-rôles : il protège, décore et isole l’habitation des attaques extérieures. Mais il souffre de préjugés tenaces quant à sa durabilité et son entretien.

Différentes essences

Il convient tout d’abord de choisir une essence de bois labélisée PEFC ou FSC. Ensuite, plusieurs essences existent sur le marché plus ou moins résistantes :

  • les continentales (pin maritime, sylvestre ou douglas, épicéa, châtaigner, peuplier, chêne...) ;
  • les nordiques (mélèze, sapin, red cedar) ;
  • les exotiques (teck, ipé, doussie).

Les propriétés du bois varient en fonction de l’essence. Les bois exotiques possèdent des performances bien plus élevées que des bois comme le sapin blanc ou le chêne mais ont un fort impact environnemental. Il convient donc de privilégier des essences locales.

Différentes compositions

Le bardage peut être composé de bois massif, de contreplaqué ou de dérivé du bois (fibres de bois agglomérées avec des résines, cires ou ciment).

Différentes classes

Le bois va devoir résister à toutes les conditions météorologiques et surtout à l’humidité. Pour cela, il doit être au minimum de classe 3.

  • Classe d'emploi 1 : le bois doit toujours rester sec (destiné uniquement à l'intérieur).
  • Classe d'emploi 2 : le bois doit être sec avec un taux d'humidité pouvant occasionnellement dépasser 20 %.
  • Classe d'emploi 3 : le bois doit être sec avec un taux d'humidité pouvant fréquemment dépasser 20 %.
  • Classe d'emploi 4 : le bois peut séjourner en permanence ou de manière prolongée sous un taux d'humidité supérieur à 20 %.
  • Classe d'emploi 5 : le bois peut en permanence être en contact avec l'eau.

Selon l’exposition, les nécessités sont différentes

  • Pose verticale : du bois de classe 2 peut suffire (ex : pin maritime, pin sylvestre, mélèze, douglas, western red cedar, châtaignier et chêne) ;
  • Façade exposée : du bois de classe 3 (ex : pin maritime, mélèze, douglas, red cedar, châtaignier, robinier, chêne ; avec traitement : sapin blanc, et pin sylvestre) ;
  • Façade non exposée : le bois de classe 2 conviendra ;
  • Pose à moins de 20 cm du sol : du bois de classe 4 obligatoire (ex : ipé, teck, azobé, robinier).

Il est quand même conseillé de retenir un bois de classe 3, même si l'exposition est moindre.

Différents types traitements

Tout d’abord, le bois doit être bien sec. Pour cela il est séché dans des séchoirs pendant quelques jours à quelques semaines ou séché à l’air libre. Le temps de séchage doit être respecté afin que les lames supportent le jeu des alternances de saisons (été/hiver) et les aléas du climat.

  • Bois au naturel : il convient de prendre une essence naturellement durable (ex : douglas) qui égalera largement les enduits traditionnels. Sans traitement ni entretien, il va juste griser dans le temps lui donnant un aspect visuel que certains peuvent juger d’inesthétique. Mais ce type de bardage ne demande aucun traitement et tient de nombreuses années ;
  • Traitement haute température (ou rétification, bois perdure) : le bois est chauffé à 200°C pendant quelques heures afin de détruire l’hémicellulose mais pas les éléments structuraux. Les molécules d’eau ne peuvent plus y rentrer et les champignons et insectes n’ont plus d’éléments nutritifs. Le bois est stable et sans produits toxiques mais ses propriétés mécaniques sont altérées (plus cassant). Il grisera quand même avec le temps. La production étant limitée, il est difficile de trouver ce type de bardage ;
  • Oléothermie (ou thermohuilé) : Le bois est chauffé à basse température pour faire évaporer l’eau, puis il est refroidit dans un bain d’huiles végétales et d’adjuvants (et éventuellement des colorants) pendant 2 à 3 heures. L’eau s’étant évaporée, les pores du bois se saturent d’huile et deviennent hydrophobes. Le bois est ensuite séché à l’air pour finaliser l’imprégnation. La durabilité du bois est allongée et le phénomène de grisement est retardé. L’avantage de ce procédé est qu’il est totalement écologique ;
  • Autoclave : Le bois est mis dans un caisson où est fait le vide d’air. Des produits de traitement (et éventuellement des colorants) sont insérés et le caisson est remis sous pression. Le produit pénètre alors en profondeur dans l’aubier du bois et le rend imputrescible (le cœur est moins accessible aux produits, mais il est aussi naturellement plus résistant). Ce procédé permet d’utiliser le bois de nos régions mais nécessite des produits toxiques bien qu'homologués. L’entretien se fait ensuite 1 fois par an en passant un saturateur ou un mélange huile de lin essence de térébenthine (pas de lasures) et est réservé aux essences présentant un taux important d'absorption.

Différentes finitions

Qu’il soit teinté dans la masse avec des pigments et de l’huile, lazuré ou peint, le bardage se décline sous un grand panel de couleurs.

  • Au naturel : sous l’effet des aléas du climat et des UV, le bois va se patiner et prendre une teinte grise qui va variée selon l’essence, vieillissement naturel garantie ! Il risque de présenter des fendillements mais il gardera sa robustesse ;
  • Lazuré : pour retarder l’effet du grisement, la lazure est un produit qui protège le bois des UV mais son efficacité dépend de son opacité. Plus celle-ci sera importante, plus le bois sera protégé mais moins on appréciera sa couleur d’origine. La lazure protège le bois et se passe tous les 10 ans et doit être microporeuse pour laisser le bois respirer tout en l’imperméabilisant. Elle lutte aussi contre les parasites ;
  • Peint : le bois peint vous offre tout un panel de couleurs tout en offrant au bardage une protection supplémentaire et donc un entretien moins fréquents. Avec l’expérience, les fabricants ont su développer des techniques leur permettant de garantir leurs produits jusqu’à 20ans. Et si simplement la couleur ternie sous l’effet des UV ne vous dérange pas, inutile de repasser une couche. Mais attention toute fois aux plans locaux d’urbanismes qui peuvent refuser un bardage bois ou une couleur. D’un point de vue écologique, ce type de bardage peut être recouvert d’une peinture écologique, garantie sans solvant.

Il peut être également brut, scié, raboté, brossé lui donnant des aspects au touché et visuellement différents.

D’une façon comme d’une autre, bardage bois ou enduits traditionnels, la loi oblige un entretien de ses façades tous les 10 ans. Mais un entretien régulier permettra de garantir la pérennité dans le temps.

Différentes types de poses

Il est essentiel de ventiler avec une lame d’air l’arrière du bardage et de le protéger des rongeurs et des volatiles avec des grilles de protections. La partie haute doit également être protégée des infiltrations. Le bois doit être à une hauteur minimale de 20cm au dessus du sol pour éviter le phénomène de rebond de la goutte d’eau.

  • Pose verticale (à la scandinave) : conseillé puisque l’eau suivra le sens des fibres, donne un effet élancé à la maison ;
  • Pose horizontale (à l’américaine) : la plus commune, donne un effet d’allongement de la maison ;
  • Pose oblique : original mais plus compliqué.

Il est possible de jouer également sur l’esthétisme en créant des effets de vagues en double bardage, d’alternance vertical / horizontal, oblique dans un sens puis dans l’autre, des encadrements de menuiserie sortant, des jeux de couleurs etc.

Différents assemblages

  • Claire voie (ou embrèvement) : les lames ne sont pas collées les unes aux autres mais espacées de quelques centimètres (à l’horizontal). La pose est plus complexe (les espacements doivent être réguliers) donc plus longue. Cette technique nécessite de faire plus attention aux infiltrations d’eau. A la vertical, la pose se fait en couvre-joint, c’est à dire qu’une lame supplémentaire chevauche l'espace ;
  • Clin (ou à recouvrement) : le plus fréquent. Fixées aux tasseaux et emboîtées, la pose des lames est simple et rapide ;
  • En bardeau (ou panneaux).

Le profil des lames devra être étudié et positionné de façon à ce que l’eau ne remonte pas par capillarité et qu’elle soit éjectée

Liens utiles

DTU 41.2 juillet 1996 sur les revêtements extérieurs en bois

Guide des essences de bois FCBA Eyrolles

Plan du Site

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Newsletter

Inscrivez vous à notre newsletter pour rester au courant de notre actualité !

Contactez nous

captcha
Recharger